Zahra Baitie-Boateng : « Sur 10 ans, ABH reconnaîtra 100 entrepreneurs africains…»

Dans un entretien, par voie de questions-réponses électronique, qu’elle a accordé à votre journal économique en ligne, la Ghanéenne Zahra Baitie-Boateng revient sur son parcours professionnel et son rôle au sein d’Africa’s Business Heroes (ABH), qui accorde chaque année des subventions à 10 fondateurs de startups africaines exceptionnelles. Elle explique également les péripéties qui ont jalonné les différentes éditions de ce concours et la particularité de celle de cette année qui a vu le Guinéen Boubacar Biro Baldé, Co-Fondateur et PDG de Sodishop, figurer dans le Top 50 des finalistes retenus. Lisez plutôt notre entretien.        

Zahra Baitie-Boateng, responsable des partenariats et des programmes d’ABH

Guinée Eco : Qui est Zahra Baitie-Boateng pour les lecteurs de Guinée Eco qui ne la connaissent pas encore ou pas suffisamment ?

Zahra Baitie-Boateng : Je suis la responsable des partenariats et des programmes d’Africa’s Business Heroes. Je suis Ghanéenne et diplômée de l’Université Yale et Tsinghua, Schwarzman College. Je suis passionnée par l’entreprenariat, l’agence africaine et panafricaine dans l’âme. J’aime résoudre des défis et dans ma carrière, j’ai travaillé pour trouver des solutions à des problèmes épineux. Avant d’occuper mon poste chez ABH, j’ai travaillé chez AliExpress chez Alibaba en tant qu’expert principal en développement commercial, où j’ai travaillé à l’établissement d’un partenariat entre AliExpress et Safaricom pour permettre aux utilisateurs kenyans d’effectuer des paiements locaux.

Mon expérience antérieure comprend également le travail chez Dalberg Global Development Advisors où j’ai consulté des gouvernements et des organisations (telles que la Fondation Mastercard) dans plusieurs pays africains sur une série de questions liées au chômage des jeunes, au développement du tourisme et aux politiques de transformation de l’agriculture. J’ai également travaillé chez Development Reimagined où j’ai occupé le poste de directeur Chine pour faciliter le commerce Afrique-Chine et permettre aux entreprises africaines d’entrer plus facilement sur le marché chinois.

J’ai également créé une organisation – Kente & Silk – dont le but était de promouvoir la culture africaine en Chine et d’accroître la sensibilisation et l’engagement positif avec l’Afrique. Nous avons organisé la toute première semaine africaine de Pékin et l’avons menée avec succès pendant 3 ans jusqu’à la pandémie de COVID-19. Au-delà de mon expérience professionnelle, je suis passionnée par l’éducation de la petite enfance, la course à pied, les voyages et les langues. J’aime mon travail chez ABH car il me donne l’opportunité d’apprendre et de m’engager avec de nombreuses cultures et économies africaines.

Guinée Eco : Quel est votre rôle spécifique au sein d’Africa’s Business Heroes (ABH) ?

Zahra Baitie-Boateng : Chez ABH, je porte deux casquettes différentes mais interconnectées. Dans mon rôle de responsable des programmes, je suis responsable de la conduite des processus de recrutement et de sélection des entrepreneurs et des juges. J’aide également à identifier et à gérer nos programmes de formation afin de fournir un soutien continu après le prix à nos finalistes. En plus de cela, en tant que responsable des partenariats, je travaille à identifier, établir et gérer des relations avec des organisations partageant les mêmes idées qui se concentrent sur le développement de l’entrepreneuriat à travers le continent africain. Ces partenaires nous soutiennent dans l’important travail d’identification et d’accompagnement des entrepreneurs africains. C’est un rôle formidable car il me donne l’opportunité de travailler avec des entrepreneurs incroyables et inspirants et des acteurs clés de la communauté entrepreneuriale africaine.

Guinée Eco : ABH accorde chaque année des subventions à 10 fondateurs de start-up africaines exceptionnelles. Pourquoi une telle initiative ?

Zahra Baitie-Boateng : La population africaine est en plein essor et l’entrepreneuriat décolle également à un rythme incroyable. ABH tient à soutenir cette croissance. Sur une période de dix ans, ABH reconnaîtra 100 entrepreneurs africains et s’engagera à allouer des subventions, des programmes de formation et un soutien au développement d’un écosystème entrepreneurial. Chaque année, le concours et le spectacle du prix ABH mettront en vedette dix finalistes qui présenteront leur entreprise pour gagner une part de 1,5 million de dollars en subventions.

ABH estime que l’entrepreneuriat peut contribuer à stimuler la création d’emplois et peut jouer un rôle central pour relever la pléthore de défis auxquels le continent est confronté de manière innovante et efficace. Cette opportunité de stimuler la croissance inclusive a été observée par Jack Ma lors de sa première visite en Afrique en 2018. Il a été inspiré par le potentiel entrepreneurial qu’il a vu et les parallèles entre l’Afrique et la Chine au moment où il a lancé Alibaba. Il a créé ABH dans le but de soutenir et d’inspirer la prochaine génération d’entrepreneurs africains dans tous les secteurs, et de construire une économie plus durable et inclusive pour l’avenir du continent. Nous en sommes maintenant à notre quatrième année et nous avons pu constater de visu le pouvoir de transformation de l’entrepreneuriat.

Guinée Eco : Quel bilan faites-vous des premières éditions ?

Zahra Baitie-Boateng : La première édition en 2019 a été remplie de beaucoup d’enthousiasme de notre part, des concurrents et de toutes les autres parties. Tout comme les concurrents de cette édition, c’était aussi notre première fois et bien que nous soyons restés optimistes, nous ne savions pas à quoi nous attendre. En fin de compte, nous avons été encouragés par les résultats. Nous avons reçu 10 000 candidatures de 50 pays. Des entrepreneurs prestigieux tels que Strive Masiyiwa, fondateur et président exécutif du groupe Econet ; Ibukun Awosika, président de First Bank of Nigeria et fondateur/PDG de The Chair Center Group ; et Joe Tsai, vice-président exécutif d’Alibaba, ont tous rejoint en tant que juges et ont apporté leur soutien à l’initiative.

Les finalistes du concours 2019 ont connu un succès incroyable et ont tiré parti des fonds de subvention reçus de manière percutante. Par exemple, notre gagnant du grand prix, Temie Giwa-Tubuson, a mobilisé les fonds pour étendre les opérations de LifeBank à travers le Nigeria et lancer Airbank, qui a été mis en place au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour fournir de l’oxygène aux patients en besoin critique. Elle a ensuite également lancé LifeBank au Kenya. D’autres finalistes ont enregistré une croissance multipliée par 3, agrandi leurs installations, leur empreinte géographique et lancé de nouveaux secteurs d’activité. Nous pensons que leur succès continu témoigne de la force du programme ABH, de notre processus de recrutement à celui de sélection.

Nous avons également mis à profit les expériences de la première édition pour améliorer nos processus et renforcer notre programme. Par exemple, nous avons lancé un nouveau système de candidature plus convivial en 2020 et nous avons organisé une série d’ateliers en ligne pour aider les candidats tout au long de la candidature. Nous avons également élargi notre pool de partenaires pour nous assurer que nous pouvions à la fois atteindre plus d’entrepreneurs, mais aussi leur offrir un plus large éventail de programmes de soutien et d’opportunités.

Nous sommes heureux de voir que nos efforts portent leurs fruits. Les innovations présentées par les candidats à chaque édition augmentent chaque année en diversité et en impact sur les communautés, et nous sommes ravis de voir à quoi ressemblera l’Afrique dans les prochaines années grâce à ces entrepreneurs.

Guinée Eco : Quelle est la particularité de l’édition de cette année

Zahra Baitie-Boateng : Cette année, nous avons constaté une plus grande diversité géographique. Non seulement nous avons continué à atteindre notre objectif de couverture panafricaine, mais nous avons également amélioré la représentation entre les régions. Par exemple, nous avons constaté une augmentation de 30 % du nombre de candidatures en provenance d’Afrique centrale, les fondateurs de cette région représentant 9 % du nombre total de candidatures reçues.

De plus, nous avons également constaté une augmentation de 70 % du nombre de candidatures en provenance d’Afrique du Nord, les fondateurs de cette région représentant 7 % du nombre total de candidatures reçues. Enfin, en moyenne, nous avons constaté une augmentation de 300 % du nombre de candidatures que nous avons reçues de fondateurs dans 36 des 54 pays africains. C’était surtout pour les petits pays comme les Seychelles, Madagascar et Eswatini où nous disons des augmentations supérieures à 10x. Tout cela renforce encore notre position en tant qu’initiative véritablement panafricaine.

Guinée Eco : Vous avez déjà publié la liste des 50 bénéficiaires de cette édition. Quels sont les critères de sélection qui ont prévalu?

Zahra Baitie-Boateng : L’initiative se veut la plus inclusive possible. Nous sommes donc indépendants du secteur. Cependant, nous avons des critères de sélection initiaux, qui incluent si oui ou non la société est légalement enregistrée et basée en Afrique, est opérationnelle depuis 3 ans, a un ressortissant africain en tant que fondateur et a démontré une traction sur le marché que nous validons via son historique de revenus. Les finalistes sont sélectionnés après avoir démontré qu’ils sont des entrepreneurs visionnaires qui incarnent l’innovation, la résilience, le potentiel de croissance et l’impact sur l’Afrique. Plus précisément, nos juges utilisent les critères suivants en 6 points pour évaluer les candidats :

  1. Mission, vision, valeurs : les juges de l’ABH recherchent des candidats motivés par la passion et des objectifs clairs et axés sur l’impact.
  2. Problème/Besoin : Nos juges évaluent si le problème ou le besoin auquel le candidat s’adresse est important. Nous recherchons des entreprises qui résolvent les problèmes des clients ou répondent à des besoins non satisfaits.
  3. Solution : les juges de l’ABH évaluent la façon dont chaque entreprise aborde le problème/le besoin qu’elle a identifié et si la solution est unique et présente un avantage concurrentiel.
  4. Traction du marché : nos juges vérifient s’il existe une demande pour le produit/service de l’entreprise. Nous mettons l’accent sur les solutions qui ont des clients et où il existe une demande démontrée pour la solution.
  5. Viabilité financière : les juges de l’ABH évaluent la situation financière et les perspectives des entreprises. Nous mettons l’accent sur les modèles de revenus qui font preuve d’évolutivité et qui ont généré des revenus.
  6. Équipe : nos juges évaluent dans quelle mesure les candidats engagent et motivent leurs équipes. Ils vérifient également si les membres de l’équipe adhèrent à la vision de l’entreprise. Nous croyons au pouvoir du travail d’équipe et nous recherchons des entrepreneurs qui ont des équipes solides.

 En fin de compte, ABH recherche des personnes créant un changement positif dans les communautés dans lesquelles elles opèrent et utilisant des solutions innovantes pour résoudre des problèmes difficiles et pertinents, ainsi que des lacunes spécifiques du marché.

Guinée Eco : Peut-avoir une idée de la répartition régionale des candidats sélectionnés ?

Zahra Baitie-Boateng : Parmi le Top 50, nous avions 18 pays représentés. La répartition régionale était la suivante : Afrique centrale (1), Afrique de l’Est (14), Afrique du Nord (10), Afrique australe (7) et Afrique de l’Ouest (17). Pour la première fois, les candidats du Burkina Faso, de la Somalie, de la Guinée et du Burundi sont représentés dans le top 50.

Guinée Eco : Vous aviez reçu combien de candidatures de la Guinée, quelles sont celles qui ont été retenues et pourquoi ?

Zahra Baitie-Boateng : Cette année, nous avons eu un finaliste guinéen dans le Top 50 ! C’est la première fois que nous avons un Guinéen dans le Top 50. Les critères utilisés pour sélectionner les propositions gagnantes étaient fortement basés sur l’impact. Quel impact cette solution a-t-elle sur la communauté ? Quel potentiel l’innovation a-t-elle pour la transformation de la communauté : combien de personnes pourraient en bénéficier ? Cela créera-t-il de l’emploi ? Quel impact a-t-il sur l’environnement ?

Concernant BOUBACAR BIRO, il est le Co-Fondateur et PDG de Sodishop. Sodishop est une place de marché, où ils vendent des produits de toutes catégories, pour la plupart de leurs clients la question est où trouver le produit, comment et quand, et l’isolement des localités. Pour leurs vendeurs et producteurs, beaucoup ouvrent leurs boutiques le matin et rentrent le soir sans vendre. Pour beaucoup de jeunes Africains, trouver un revenu est très difficile à cause du chômage. Sodishop répertorie près de 20 000 articles et a traité près de 50 000 commandes. ils ont créé plus de 100 emplois directs. Un CA Global de 1,5M USD avec 2300 Sodishoppers et près de 1000 vendeurs

Guinée Eco : Quels sont vos principaux partenaires dans l’octroi de vos subventions ?

Zahra Baitie-Boateng : Chez ABH, nous avons le privilège de travailler avec des partenaires notables dans divers secteurs qui partagent notre vision d’inspirer la prochaine génération d’entrepreneurs africains dans tous les secteurs afin de construire une économie plus durable et inclusive pour l’avenir du continent. Nos partenaires apportent une richesse d’expérience et d’expertise à bord qui servent à enrichir le parcours ABH pour les candidats. Ils le font grâce au mentorat, exposant nos candidats aux parties prenantes concernées dans leurs industries respectives, offrant des perspectives commerciales à long terme qui catapultent les entreprises des candidats longtemps après la fin du concours.

Certaines des organisations avec lesquelles nous travaillons en partenariat incluent : African Leadership Group (www.ALGroup.org ) ; RiseUp (www.RiseUp.co ) ; Africa Women Innovation & Entrepreneurship Forum (AWIEF) (www.AWIEForum.org ) ; Sommet de l’innovation en Afrique du Sud (SAIS)( https://innovationsummit.co.za/ ) ; VC4A (www.VC4A.com ) et Briter Bridges (www.BriterBridges.com ) ; Disrupt Africa (https://disrupt-africa.com ); Afrilabs (https://afrilabs.com/fr/homepage ); AfterSchool Africa (https://www.afterschoolafrica.com )

Guinée Eco : Quel impact la pandémie de Covid-19 a eu sur le déroulement de vos activités

Zahra Baitie-Boateng : L’ère de la pandémie était intéressante pour nous. La toute première édition des Africa’s Business Heroes a eu lieu en 2019 et la pandémie a frappé en 2020. Alors que la plupart des organisations ont fermé ou ralenti leurs opérations, pour nous, chez ABH, notre travail a été mis en avant par la pandémie. Dans l’état actuel des choses, le financement était et reste un défi pour la plupart des start-ups en Afrique. Par conséquent, nous devions veiller à répondre au besoin accru par la pandémie. De plus, avec la pandémie, les taux de chômage ont grimpé en flèche, non seulement en Afrique, mais dans le monde entier.

La plupart des entrepreneurs latents ont dû puiser dans leur potentiel pour se créer des opportunités. Les candidatures que nous avons reçues à l’époque, et celles que nous continuons de recevoir à ce jour, ne font que confirmer ce que nous avons toujours su : l’Afrique regorge d’innovateurs ; et presque tous les entrepreneurs partagent les mêmes objectifs – création d’emplois, réduction de l’écart entre les sexes et atténuation des problèmes existants dans leurs communautés respectives afin d’améliorer la vie de leur peuple.

COVID-19 nous a poussés à voter davantage. En 2020, nous avons adopté une approche purement virtuelle. Notre grande finale a été tournée dans plusieurs pays. En 2021, nous avons adopté une approche hybride avec un mélange de studios hors ligne et en ligne pour notre grande finale. Nous avons également créé une expérience immersive pour nos participants. Au cours des deux dernières années, nous avons atteint un public plus large grâce à notre pivot vers une approche plus hybride. Notre lancement 2020, par exemple, comptait 4 000 inscrits. Cette année, nous sommes impatients d’organiser notre première demi-finale en personne depuis le début de la pandémie. Mais maintenant que nous avons vu la puissance des plates-formes virtuelles pour étendre notre portée, nous continuerons à tirer parti d’une approche hybride.

Par Bachir Sylla pour Guinee-eco.info

Leave A Reply

Your email address will not be published.