Vaccin anti Covid-19: 54 pays africains expriment leur intérêt pour la COVAX

(Guinée Eco)-Au moment où la course à la découverte de vaccins sûrs et efficaces contre la COVID-19 se poursuit, les pays africains s’engagent dans une initiative novatrice, qui vise à obtenir au moins 220 millions de doses de ce vaccin pour le continent, une fois qu’il aura été homologué et approuvé. Les 54 pays du continent ont tous exprimé leur intérêt pour la COVAX, une initiative mondiale qui est codirigée par la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (en anglais ‘Coalition for Epidemic Preparedness Innovations’, CEPI), Gavi, l’Alliance pour les vaccins (Gavi) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les partenaires collaborent avec les gouvernements et les fabricants afin d’acheter suffisamment de doses de vaccins pour protéger les populations les plus vulnérables du continent. À travers la plateforme COVAX coordonnée par Gavi, l’initiative vise à garantir l’accès à tous : les pays à revenu élevé et moyen qui autofinanceront leur propre participation, et les pays à revenu moyen inférieur et faible qui verront leur participation soutenue par la garantie de marché (Advance Market Commitment, AMC) de COVAX.

Huit pays d’Afrique ont accepté d’autofinancer leurs doses de vaccins par le biais de la plateforme COVAX. Cette manifestation d’intérêt se traduira par des engagements contractuels à se joindre à l’initiative d’ici le 18 septembre, et les paiements initiaux devront être effectués au plus tard le 9 octobre 2020.

« La Guinée équatoriale a adhéré à COVAX car c’est le moyen le plus efficace de garantir que notre population puisse avoir accès aux vaccins contre la COVID-19 », a déclaré l’honorable Mitoha Ondo’O Ayekaba, vice-ministre de la Santé et de la Protection sociale de la Guinée équatoriale. « Nous sommes inquiets car certains pays riches ont pris des mesures pour protéger leurs propres intérêts. Grâce à cette initiative, nous pourrons avoir accès à des vaccins testés avec succès, en temps opportun et à moindre coût. »

En outre, 46 pays d’Afrique sont éligibles à l’instrument de financement, le COVAX AMC, qui a collecté environ 700 millions de dollars US sur un objectif initial de 2 milliards de dollars US de fonds de démarrage provenant de pays donateurs à revenu élevé, ainsi que du secteur privé et de philanthropes d’ici la fin de 2020.

« La COVAX est une initiative mondiale novatrice qui associera les pays africains et veillera à ce qu’ils ne soient pas laissés en fin de liste pour l’accès aux vaccins de la COVID-19 », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. « En allant au-delà du continent pour collaborer avec d’autres gouvernements et fabricants à l’échelle mondiale et en mettant en commun les pouvoirs d’achat, les pays peuvent protéger les personnes les plus vulnérables à la maladie en Afrique. »

La CEPI dirige la recherche sur les vaccins COVAX et vise à développer jusqu’à trois vaccins sûrs et efficaces qui seront mis à la disposition des pays participant à la plateforme COVAX. Neuf vaccins candidats sont actuellement soutenus par la CEPI ; deux sont actuellement testés en Afrique du Sud, en plus d’autres régions du monde.

« Il est essentiel que les pays africains participent aux essais de vaccins, en plus des essais cliniques qui se déroulent dans d’autres régions du monde », a déclaré Dr Richard Hatchett, Directeur général de la CEPI. « Les essais de vaccins sur le continent garantissent que des données suffisantes sont générées sur la sécurité et l’efficacité des vaccins candidats les plus prometteurs pour la population africaine afin qu’ils puissent être déployés en toute confiance en Afrique une fois les vaccins approuvés. La CEPI investit dans la recherche et le développement d’une gamme diversifiée de vaccins candidats, dans le but de fournir des vaccins sûrs et efficaces à ceux qui en ont le plus besoin à travers la COVAX. »

Grâce à la COVAX, les vaccins qui ont obtenu l’approbation réglementaire ou la préqualification de l’OMS seront fournis de manière égale à tous les pays participants, proportionnellement à leur population. Les travailleurs de la santé et les autres populations vulnérables seront prioritaires, puis la disponibilité des vaccins sera étendue pour couvrir d’autres populations prioritaires dans les pays participants.

Les pays africains devront mettre en place les systèmes et l’infrastructure appropriés pour définir les voies réglementaires et éthiques pour une approbation rapide d’un vaccin candidat. Ils devront disposer de systèmes de logistique et de chaîne d’approvisionnement capables non seulement d’atteindre les populations cibles traditionnelles pour les vaccinations et les campagnes de routine, mais aussi être prêts à vacciner une population cible beaucoup plus importante.

« Pour déployer efficacement un vaccin dans les pays d’Afrique, il est essentiel que les communautés s’engagent et comprennent la nécessité de la vaccination », a déclaré Dr Richard Mihigo, coordinateur du Programme de vaccination et de développement de vaccins au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique. « Il est important de commencer à travailler avec les communautés dès maintenant pour tracer la voie de l’une des plus grandes campagnes de vaccination que l’Afrique ait jamais connue. »

Dr Mihigo, Dr Hatchett et le vice-ministre Mitoha Ondo’O Ayekaba ont participé aujourd’hui à une conférence de presse virtuelle sur l’accès au vaccin de la COVID-19 en Afrique, facilitée par le groupe APO.

Distribué par APO Group

Leave A Reply

Your email address will not be published.