La télé guinéenne fête ses 40 ans avec faste malgré les difficultés ambiantes

0

(Guinéeco.info)-A l’occasion de son quarantième anniversaire, le 14 mai dernier, la télévision guinéenne a accueilli du beau monde dans ses installations, à Koloma, dans la banlieue de Conakry. Le temps d’un fête qui valait la peine d’être organisée pour magnifier le travail accompli par différentes générations de journalistes, cameramen et autres techniciens de ce médias de service public qui a toujours pignons sur rue malgré les vicissitudes du temps et les difficultés du moment.

Certes, de par son architecture moderne, le siège de la RTG, un don de la Chine à la Guinée, n’a pas trop à envier aux autres télés publiques d’Afrique de l’Ouest, mais son fonctionnement actuel laisse à désirer. C’est du moins l’avis du Secrétaire général de la section syndicale des travailleurs de la boite.

« Nous célébrons cet anniversaire dans un contexte particulièrement difficile. La RTG Boulbinet est dans un état de délabrement total, ses bureaux sont invivables. Nous manquons d’équipements et nous sommes la seule télé d’Etat qui ne bénéficie pas des bourses d’études. Nous avons un Parc automobile vétuste. Pour  toute la RTG nous n’avons que six véhicules pour couvrir tout le pays », s’est indigné  Saa Martin Fancinadouno

Affirmant que la télévision la moins dotée de la sous région a plus de six milliards de Francs CFA, il a plaidé auprès des autorités pour que la RTG soit doté  d’un budget conséquent lui permettant son fonctionnement correctement. Selon lui, la télévision guinéenne vit des spots publicitaires qu’elle diffuse. Il estime que pour ce qui est de radio nationale, tout est à réfère ou presque.

Le syndicaliste de solliciter par ailleurs une prise en charge sanitaire du personnel exposé aux risques de cancer de la peau et de  perte de la vue. « Nous avons malheureusement plus de 30 collègues  qui sont  malades. N’attendons pas qu’ils meurent pour aller leur décorer à titre posthume», exhorte Saa Martin Fancinadouno, devant une foule d’hommes et de femmes de médias publics et privés du pays.

De son coté, Yamoussa Sidibé, le directeur général de la RTG s’est félicité des progrès enregistrés par sa maison et du privilège de bénéficier de la confiance du chef de l’Etat. « Il est vrai que pour être à la hauteur de ce défi, nous devons un niveau d’équipement de standard international et disposer des collaborateurs avec un bon niveau de connaissance, pour produire, programmer, animer et planifier », souligne-t-il. Ce qui suppose, selon lui, une mise en place d’un plan d’équipement technique et un préprogramme de formation ambitieux et rapide.  « Déjà, révèle-t-il, nous sommes heureux de vous annoncer que nous avons créé un site internet compatible avec les Windows, les Smartphones, et les réseaux sociaux. Il est disponible sur vos téléphones par le biais d’un réseau local qui est connecté sur la fibre optique à compter de  ce lundis 15 mai », s’est réjoui M. Sidibé

« Je voudrais vous remercier tous ceux qui ont accepté de venir assister à la célébration du quarantième anniversaire de la création notre télévision nationale. Notre RTG est aujourd’hui un outil d’information et de communication… Nous célébrons aujourd’hui nos 40 années d’efforts que nous percevons comme une opportunité offerte pour réfléchir pour analyser nos erreurs pour faire face aux nombreux défis. Je salue le courage de nos travailleurs qui exercent dans des conditions difficiles, comme l’a notifié le syndicat», a déclaré le ministre la Communication, Rachid Ndiaye.

 Et d’ajouter : « La RTG est un  patrimoine commun dont le rôle est de promouvoir la paix l’unité nationale en préservant l’intérêt commun et le respect de l’autre. Dans les jours,  à venir 200 villages seront équipés de moyens de réception de télévision satellitaire. Et dans les mois à venir, les travaux  de construction d’infrastructures de diffusions numériques des médias guinéens, grâce à la coopération avec la république populaire du chine, seront réalisés ».

Le ministre Ndiaye promet que d’autres projets et non des moindres vont voir se concrétiser sur le terrain. C’est le cas notamment de la formation  professionnelle et la mobilisation de ressources  en vue d’accroitre l’évolution du cadre institutionnelle de la RTG.

Mamoudou Boulléré Diallo

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.