Présentation de la politique générale du gouvernement: voici les enjeux du vote parlementaire institué par la nouvelle constitution

(Guinée Eco)-En vertu de la constitution guinéenne issue du référendum controversé du 22 mars 2020, notamment en son article 99, la présentation de la politique générale du gouvernement par le Premier ministre est désormais assortie de débats et puis d’un vote des élus du peuple. Un processus assez significatif, car si les députés votent contre sa déclaration de politique générale, le chef du gouvernement serait obligé de remettre sa démission au chef de l’Etat.  Votre journal économique en ligne vous propose ci-dessous les articles de la constitution qui le consacrent.

 « Article 99 : Lorsque l’Assemblée Nationale adopte une motion de censure ou lorsqu’elle désapprouve le programme ou une déclaration de politique générale du Gouvernement, le Premier Ministre doit remettre au Président de la République la démission du Gouvernement. »

Cette démission, si elle a lieu, est suivie de conséquences directes sur la vie de la nation. Le président de la République serait amené à agir conformément à  la même constitution dont l’article 100 dispose : « L’état de siège, comme l’état d’urgence, est décrété par le Président de la République, après avis du Président de l’Assemblée Nationale et du Président de la Cour Constitutionnelle. Ces avis sont publiés au Journal Officiel. Le Président de la République peut prendre, par Ordonnance, toute mesure nécessaire à la défense de l’intégrité du territoire et au rétablissement ou au maintien de l’ordre public.

L’Assemblée Nationale se réunit alors de plein droit, si elle n’est pas en session. Elle ne peut être dissoute. Le décret proclamant l’état de siège ou l’état d’urgence cesse d’être en vigueur après douze jours, à moins que l’Assemblée Nationale, saisie par le Président de la République, n’en autorise la prorogation pour un délai qu’elle fixe. Les ordonnances prises en application de l’état de siège et de l’état d’urgence cessent d’être en vigueur à la fin de ceux-ci », précise la loi fondamentale guinéenne.

Attendu ce mercredi 7 avril 2021 à l’Assemblée nationale pour sa deuxième déclaration de politique générale depuis qu’il a été porté à la Primature, en mai 2019, Ibrahima Kassory risque gros, pourrait-on dire. Celui qu’on dit en froid avec le Président Alpha Condé, qui lui a pourant rendu une visite de courtoisie à son domicile de Lambanyi, le dimanche dernier devrait surfer sur la confiance du chef de l’Etat pour convaincre les élus du peuple.

Mamoudou Boulléré Diallo pour Guinee-eco.info

Leave A Reply

Your email address will not be published.