Ouverture des assemblées annuelles d’Afreximbank 2022 au Caire

(Guinée Eco)-« Les problèmes de l’Afrique doivent être résolus par les Africains », a déclaré le professeur Benedict Oramah, président et président du conseil d’administration de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), aux participants au début des 29e assemblées annuelles d’Afreximbank (AAM2022) au Caire.

Dans une déclaration liminaire au Centre de congrès St. Regis Alamsa dans la nouvelle capitale égyptienne, le professeur Oramah a déclaré qu’Afreximbank était intervenue pour aider le continent à mettre en œuvre des solutions africaines en des temps difficiles, certaines avec le soutien d’autres partenaires de développement et d’institutions africaines.

Il a affirmé qu’avec la création de l’African Vaccine Trust (AVAT), qui a permis aux États membres de l’Union africaine (UA) de se procurer 400 millions de doses du vaccin Johnson and Johnson COVID-19 pour lutter contre la propagation du COVID-19 pandémie par le biais de l’équipe de travail sur l’acquisition de vaccins en Afrique (AVATT) de l’UA, l’idée que l’Afrique ne peut pas se relever a été démystifiée.

« Nous nous tenons sur le piédestal du travail accompli ici pour dire que nous pouvons si nous osons », a déclaré le président Oramah.

Il a félicité la résilience du continent pendant les périodes difficiles provoquées par la pandémie de Covid 19, affirmant que les histoires positives émanant de pays particuliers comme l’Égypte, qui avaient investi plus de 62 milliards de dollars américains au cours des six dernières années dans une transformation massive des infrastructures, étaient un manifestation de la capacité du continent à réaliser tout ce qu’il souhaitait pour son peuple.

« Nonobstant la fréquence accrue des crises, nous ne devons pas perdre de vue les défis fondamentaux que l’Afrique doit résoudre. Nous ne pouvons plus accepter qu’après 60 ans d’indépendance, l’Afrique reste fragmentée financièrement et économiquement. Nous ne pouvons plus continuer à épouser les avantages d’un continent intégré mais faire peu pour y parvenir », a déclaré le professeur Oramah.

Concernant la crise ukrainienne en cours, le professeur Oramah a apprécié les nouveaux défis posés à l’Afrique, notamment les difficultés d’accès aux céréales, aux engrais et aux produits pétroliers, et a noté qu’Afreximbank était intervenue avec le programme de financement du commerce d’ajustement à la crise ukrainienne de 4 milliards de dollars américains pour l’Afrique ( UKAFPA) pour aider les pays à contenir les impacts à court terme de la crise.

Il a appelé à un engagement accru de la part de ses actionnaires envers la Banque, affirmant qu’une Afreximbank plus forte pourrait être l’un des piliers solides sur lesquels le développement de l’Afrique pourrait être construit.

Le professeur Oramah a annoncé que, d’ici 2021, Afreximbank, par l’intermédiaire de sa division du commerce intra-africain, avait déboursé environ 20 milliards de dollars américains pour soutenir le commerce et les investissements intra-africains, avec des plans pour débourser 40 milliards de dollars américains supplémentaires au cours des cinq prochaines années. années. Cela avait fait passer la part du commerce intra-africain du portefeuille de la Banque de 3 % en 2016 à environ 27 % en 2021 et avait permis aux entrepreneurs africains de soumissionner pour des projets liés aux infrastructures africaines.

L’AAM2022, qui se déroule jusqu’au samedi 18 juin 2022, se déroule sous le thème « Réaliser le potentiel de l’AfCFTA dans l’ère post-Covid-19 en tirant parti du pouvoir de la jeunesse ».

Les sessions comprendront les réunions du Groupe consultatif sur le financement du commerce et le développement des exportations en Afrique et l’Assemblée générale annuelle des actionnaires de la Banque, complétées par un programme complet de séminaires et de plénières présentant les points de vue de ministres de haut rang, de cadres supérieurs d’organismes internationaux et continentaux des organisations et des autorités, des capitaines d’industrie et des économistes de premier plan, entre autres.

Les réunions sont suivies par des chefs d’entreprise et politiques, des professionnels du secteur bancaire, des praticiens du commerce et du financement du commerce et d’autres parties impliquées dans le développement économique de toute l’Afrique et au-delà. Les Rencontres ont été classées parmi les plus importants rassemblements de décideurs économiques en Afrique.

– Fin –

À propos d’Afreximbank

La Banque africaine d’import-export (Afreximbank) est une institution financière multilatérale panafricaine mandatée pour financer et promouvoir le commerce intra et extra-africain. Afreximbank déploie des structures innovantes pour fournir des solutions de financement qui soutiennent la transformation de la structure du commerce africain, accélérant l’industrialisation et le commerce intra-régional, stimulant ainsi l’expansion économique en Afrique. Fervent partisan de l’Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA), Afreximbank a lancé un système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS) qui a été adopté par l’Union africaine (UA) comme plate-forme de paiement et de règlement pour soutenir la mise en œuvre de la ZLECAf. Afreximbank travaille avec l’UA et le secrétariat de l’AfCFTA pour développer une facilité d’ajustement afin d’aider les pays à participer efficacement à l’AfCFTA. À la fin de 2021, le total des actifs et des garanties de la Banque s’élevait à environ 25 milliards de dollars américains, et ses fonds propres s’élevaient à 4 milliards de dollars américains. Afreximbank a décaissé plus de 51 milliards de dollars entre 2016 et 2021. La Banque est notée par GCR (échelle internationale) (A-), Moody’s (Baa1), Japan Credit Rating Agency (JCR) (A-) et Fitch (BBB). La Banque a son siège social au Caire, en Égypte.

Leave A Reply

Your email address will not be published.