COVID 19: la Guinée se donne les moyens d’éradiquer la pandémie…

(Guinée Eco)-Plus qu’une simple urgence sanitaire, la maladie à COVID-19 s’est avérée, une problématique majeure de développement, du fait de ses répercussions socioéconomiques qui viennent brutalement contrarier les objectifs majeurs assignés au PNDES 2016-2020. Face à la menace persistante, le Gouvernement guinéen, après examen approfondi en Conseil des Ministres a approuvé à la mi-juillet 2020, la Stratégie Nationale de Lutte contre la Covid 19 (SNLC) portée par le Ministère du Plan et du Développement Economique.

Un instrument majeur qui vient compléter l’arsenal du Gouvernement dans sa croisade contre l’ennemi invisible et nuisible qu’est la maladie à coronavirus. Après la riposte d’urgence, et disposant de la SNLC, le pays, appuyé par ses partenaires au développement, se met ainsi résolument, « en ordre de bataille » pour venir à bout de cette pandémie, relancer l’économie et forger sa résilience aux chocs épidémiques.

On le sait, comme une trainée de poudre, l’épidémie de la COVID 19 partie de Wuhan (Chine centrale) en décembre 2019, pour se muer (en quelques semaines seulement) en une pandémie meurtrière affectant la quasi-totalité des pays de la planète, frappe de plein fouet, depuis mars 2020, la Guinée. Pour un pays fragile qui se relevait lentement mais surement des conséquences de la grave épidémie régionale de la Maladie à Virus Ebola (2014), cet autre défi sanitaire, d’envergure mondiale, est devenu au fil du temps, une grande menace pour son développement socio-économique. La pandémie de la Covid-19 vient surtout exacerber la fragilité systémique de la Guinée dont les épidémies à répétition ne sont que l’une des multiples facettes.

En effet, les mesures de restrictions voire de blocages des échanges mondiaux et régionaux, les contraintes et exigences de l’État d’urgence sanitaire imposé par le Gouvernement afin d’endiguer la propagation du virus, ont déjà, et continueront d’avoir dans la durée, de profondes répercussions sur le quotidien des Guinéens, et par extension, sur l’économie nationale. De plus, cette crise sanitaire subite vient avec son cortège d’incertitudes sur le délai nécessaire à la maîtrise de la pandémie, ainsi que sur la durée et l’ampleur de ses répercussions socioéconomiques.

Les mesures vigoureuses et courageuses prises par le Gouvernement, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, Pr Alpha Conde pour prévenir et briser la chaine de transmission de la COVID 19 (mesures d’urgence sanitaire du Ministère de la Santé en février 2020, État d’urgence sanitaire décrété par le Chef de l’Etat en mars 2020, et Plan de Riposte Economique présenté par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement en avril 2020) sont aussi bien décisives que salutaires. En revanche, les perspectives de la maladie sont telles qu’il est apparu impérieux, d’approfondir les réflexions sur les solutions et se projeter de façon stratégique dans l’avenir, pour permettre au pays d’être en capacité non seulement, d’absorber les ondes de chocs de la pandémie, mais aussi de se relever afin de poursuivre sa progression vers l’émergence tout en forgeant sa résilience aux chocs épidémiques.

SNLC : Une réponse structurée de moyen terme au choc sanitaire, social et économique provoqué par la Covid 19 en Guinée.

A la faveur d’une visio-conférence avec l’OIT (l’Organisation Internationale du Travail), le 8 juillet 2020, le Président de la République, avait qualifié la pandémie de la Covid 19 « de véritable menace pour le dynamisme économique de la Guinée ». Et pour contrer cette menace, ajoutera, Pr Alpha Conde : « nous sommes en phase d’élaboration d’un Plan de Relance et de Résilience qui sera en totale adéquation avec le PNDES (Plan National de Développement Economique et Social). Une orientation politique forte, en droite ligne avec le processus d’élaboration de la Stratégie Nationale de Lutte contre la COVID-19 (SNLC) portée par le Ministère du Plan et du Développement Économique, conformément à ses attributions.

Cette Stratégie examinée et approuvée en Conseil des Ministres, le jeudi 23 juillet 2020, est ainsi devenue, la réponse du Gouvernement aux effets socioéconomiques et sanitaires directs et indirects de la pandémie Covid-19 sur la période 2020-2022. Adossée à un Programme indicatif, son coût estimatif est de 23 mille milliards 490 millions 695 mille GNF, soit environ 2 milliards 496 millions de dollars des États-Unis (USD). La composante « riposte sanitaire et socio-économique » représente 46% de ce montant contre 54% pour la composante « résilience aux chocs épidémiques ». La SNLC est assortie d’une matrice opérationnelle qui devra servir de base aux différents ministères pour programmer les actions prioritaires devant concourir au relèvement post-COVID, du pays.

Pour Mme la Ministre du Plan et du Développement Economique, architecte du projet porté par le Gouvernement : « La SNLC est une synthèse cohérente de tous les efforts déjà entrepris par les autorités pour endiguer la propagation de la maladie et atténuer ses répercussions sur le développement de la Guinée. Elle constitue le prolongement, sur le moyen terme, des efforts déjà entamés au niveau du Plan de riposte économique. Elle est aussi complémentaire au Plan National de Développement Économique et Social (PNDES) 2016-2020 qui garde son caractère fédérateur des interventions de tous les acteurs du développement. L’ambition de la SNLC est d’être l’instrument de plaidoyer du Gouvernement auprès des Partenaires Techniques et Financiers, du secteur privé, de la société civile, et des acteurs régionaux ».

Outre les premières actions de riposte d’urgence menées par le Gouvernement depuis février 2020, la SNLC intègre (tout en les prolongeant au-delà de 2020), le Plan de Riposte Economique Gouvernemental présenté par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement en avril 2020. Cette Stratégie, ainsi que le programme multisectoriel de deux (2) ans et demi, qui l’accompagne serviront d’instrument de dialogue et de mobilisation de ressources pour le financement du relèvement et de la résilience post-pandémiques. La finalité étant de consolider les acquis de la riposte, mais aussi et surtout, remettre le pays sur la trajectoire de développement qui doit le conduire à l’émergence à l’horizon 2040, et de laquelle l’a dévié la COVID-19.

La SNLC part du postulat qu’en 2022, la Guinée sera débarrassée de la COVID-19 et aura repris sa marche vers l’émergence et la prospérité. Privilégiant une approche méthodologique participative, les hauts cadres du Département du Plan et du Développement Economique ont travaillé en étroite collaboration avec les représentants des différents ministères sectoriels. Cette approche inclusive a permis d’articuler l’exercice autour des 3 axes de réflexions, ci-après : (i) les manifestations de la crise dans le secteur considéré ; (ii) ses répercussions prévisibles à court et moyen terme sur le double plan socio-économique ; et (iii) les réponses sectorielles, en termes d’actions (mesures nouvelles, revues des projets en cours, etc.) à apporter pour faire face à la crise. A l’arrivée, une stratégie nationale reposant sur deux (2) composantes : (i) la riposte sanitaire, socio-économique anti-COVID-19 ; et (ii) la résilience aux chocs épidémiques.

Evoquant la pertinence de cet outil stratégique, Mme la Ministre, Kanny Diallo affirme que « La riposte est nécessaire pour stopper la transmission de la maladie, atténuer ses effets néfastes tout en créant les conditions de la relance de l’économie. La résilience complète et renforce la riposte tout en apportant des solutions à la fragilité du système de santé dont l’une des manifestations est la récurrence des épidémies. Au même titre que l’État, la résilience est également nécessaire aux autres agents économiques, pour leur permettre eux-aussi, d’être durablement en capacité de faire face à de tels chocs dans le futur. Avec la SNLC le Gouvernement veut se donner les moyens d’éradiquer définitivement la pandémie tout en ramenant le pays sur la trajectoire du développement telle que définie par la Vision 2040 et le PNDES qui en est l’outil d’opérationnalisation ».

Avec un contenu reposant sur des données d’enquêtes récentes, la Stratégie Nationale de Lutte contre la Covid 19 se base par ailleurs, sur une étude d’impact approfondie de la pandémie sur les ménages et les entreprises tant du secteur moderne que du secteur informel. Une étude qui a été réalisée en étroite collaboration entre le MEF et le MPDE. La SNLC est en outre, le trait d’union entre le PNDES I « 2016-2020 » finissant, et le PNDES II « 2021-2025 » en préparation. Elle n’est pas destinée à se substituer à ces outils d’opérationnalisation de la Vision 2040 que sont les PNDES, lesquels ont pour vocation de traiter de toutes les questions structurelles du développement qui déterminent la dynamique du système « Guinée ».

La SNLC : un instrument de mobilisation de ressources pour le relèvement et la résilience post-COVID 19.

La COVID-19 par ses répercussions socio-économiques est en train d’annihiler les performances encourageantes réalisées par les autorités dans la mise en œuvre du PNDES 2016-2020. Les résultats de l’étude d’impact de la pandémie sur l’économie guinéenne indiquent pour l’année 2020: une baisse du taux de croissance, une aggravation du déficit budgétaire du fait des mesures de riposte, une poussée inflationniste, des pertes de recettes fiscales et du pouvoir d’achat des ménages, le ralentissement des transferts des fonds de la diaspora, des destructions d’emploi, et par extension, un risque d’aggravation de la pauvreté ainsi qu’une vulnérabilité accrue, des catégories sociales les plus exposées (enfants, filles, femmes, personnes âgées et handicapés). 

Sur le plan du commerce extérieur, les signes de ralentissement de l’activité en Chine, ainsi que la récession annoncée dans les principaux pays partenaires de l’Europe pourraient avoir des incidences sur le volume des transactions de la Guinée avec le reste du monde. S’agissant des effets sur l’économie domestique, il est à noter que le secteur du tourisme et de l’hôtellerie sont plombés par la crise ; la restauration fortement handicapée, les agriculteurs, l’industrie culturelle, les médias, pénalisés ; les mouvements des personnes et des biens, freinés du fait de la fermeture des frontières et les restrictions sanitaires. Outil de plaidoyer et de dialogue pour la mobilisation des ressources auprès de nos Partenaires Techniques et Financiers, la SNLC offre parfaitement ce cadre de visibilité et de gouvernance efficace pour aider et accompagner le Gouvernement dans sa lutte contre la pandémie et sa résilience future face aux chocs sanitaires.

Selon les concepteurs de l’étude prospective SNLC : « la priorité a été accordée à l’objectif à court terme pour atténuer les impacts de la crise, à moyen terme, pour le sortir le pays de sa situation de fragilité en renforçant sa résilience et enfin, à un plus long terme, afin de permettre d’atteindre les Objectifs de Développement Durable fixés à l’horizon 2030 ».

Les principaux partenaires financiers, bi-multilatéraux ont réaffirmé leur volonté traditionnelle d’accompagner le Gouvernement dans sa lutte contre la pandémie. C’est ainsi que la plupart des institutions financières multilatérales, à travers des initiatives novatrices et urgentes ont aussi renforcé leurs dispositifs d’aide à la riposte contre la pandémie de COVID-19.

A la date du 18 juin 2020, les ressources extérieures mobilisées auprès de la Banque Islamique de Développement (BID), de la Banque Africaine de Développement (BAD), de Banque Mondiale et de la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique (BADEA), s’élèvent à un montant de 308 millions 100 mille USD. En plus des ressources du budget national déjà engagées soit 730,4 milliards GNF, dans le cadre du Plan de riposte et celle allouées aux projets devant contribuer au relèvement post-COVID, il restera à couvrir un besoin de financement de l’ordre de 1 milliard USD.

Ces appuis viennent compléter les efforts nationaux tant de l’État que des Acteurs Non-Étatiques (secteur privé et société civile), pour offrir au Gouvernement des marges de manœuvre budgétaires nécessaires pour affronter la pandémie et ses effets néfastes sur la dynamique de croissance du pays.

Il était donc de bon aloi que le pays, dispose d’une telle « arme dans la lutte » à savoir « la SNLC », afin de remettre rapidement l’économie guinéenne (fortement et durablement ébranlée), sur les rails solides de la croissance et du développement, conformément à la Vision nationale, celle d’une Guinée émergente et prospère à l’horizon 2040. Pour conduire le pays vers cet idéal commun, le Ministère du Plan et du Développement Économique a une mission essentielle et un rôle prépondérant à jouer. L’expertise et les compétences du Département s’emploient à cet effet, tous les jours, au sein du Gouvernement, pour élaborer des politiques efficaces et appropriées afin d’apporter des réponses plus structurées aux défis présents et à venir pour le développement socio-économique durable et inclusif de la Guinée.

Ibrahima Ahmed Barry, Journaliste Consultant .

Leave A Reply

Your email address will not be published.