La valeur de la nature ne doit pas être supplantée par la poursuite du profit à court terme, estime l’ONU

(Guinée Eco)-Les valeurs que nous attribuons à la nature sont des éléments vitaux de nos cultures, identités, économies et modes de vie, qui devraient tous se refléter dans les décisions politiques concernant notre monde naturel, selon un nouveau rapport soutenu par l’ONU publié lundi.

Le nouveau rapport d’évaluation de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) constate toutefois que lors de la prise de décisions politiques, l’accent est trop mis sur les bénéfices à court terme et la croissance économique qui sous-évaluent souvent la nature.

Organe scientifique et politique intergouvernemental indépendant, le secrétariat de l’IPBES est assuré par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

Dans le rapport approuvé samedi par les représentants des 139 États membres, les coprésidents Unai Pascual, Patricia Balvanera, Mike Christie et Brigitte Baptiste soulignent que les moyens d’intégrer la nature dans l’élaboration des politiques sont « en quantité limitée ».

Priorité accordée aux valeurs marchandes

Alors que les décisions économiques et politiques donnent surtout la priorité aux valeurs marchandes de la nature, comme dans la production alimentaire intensive, elles ne reflètent pas de manière adéquate la façon dont les changements dans le monde naturel affectent la qualité de vie des gens.

De plus, l’élaboration des politiques néglige les nombreuses valeurs non marchandes associées aux contributions de la nature aux communautés, telles que la régulation du climat et l’identité culturelle.

« Seulement 2% des plus de 1.000 études examinées consultent les parties prenantes sur les résultats de l’évaluation et seulement 1% des études impliquent les parties prenantes à chaque étape du processus d’évaluation de la nature », ont-ils expliqué.

Trouver un équilibre

« Vivre de, avec, dans et comme la nature » signifie fournir des ressources qui soutiennent les moyens de subsistance, les besoins et les désirs des gens, y compris la nourriture et les biens matériels, selon le communiqué de presse publié avec le rapport.

Il se concentre également sur la vie non humaine, comme les droits intrinsèques des poissons d’une rivière à « prospérer indépendamment des besoins humains», et considère le monde naturel comme une « partie physique, mentale et spirituelle de soi ».

« L’évaluation des valeurs fournit aux décideurs des outils et des méthodes concrets pour mieux comprendre les valeurs que les individus et les communautés ont à propos de la nature », a déclaré Mme Balvanera.

Selon M. Christie, « l’évaluation est un processus explicite et intentionnel », qui dépend de « comment, pourquoi et par qui l’évaluation est conçue et appliquée ».

Suivant cette logique, Mme Baptiste a ajouté que « reconnaître et respecter les visions du monde, les valeurs et les connaissances traditionnelles des peuples autochtones et des communautés locales permet aux politiques d’être plus inclusives, ce qui se traduit également par de meilleurs résultats pour les personnes et la nature ».

Changement axé sur la durabilité et la justice

Les auteurs ont identifié quatre « points de levier » centrés sur les valeurs pour créer les conditions nécessaires à un changement transformateur axé sur la durabilité et la justice.

Cela va de la reconnaissance des diverses valeurs de la nature à l’intégration de la valorisation dans la prise de décision et la réforme des politiques, pour s’aligner sur les objectifs mondiaux de durabilité et de justice.

« La biodiversité est en train de disparaître et les contributions de la nature aux populations se dégradent plus rapidement qu’à n’importe quel autre moment de l’histoire de l’humanité », a déclaré Ana María Hernández Salgar, présidente de l’IPBES. « C’est en grande partie parce que notre approche actuelle des décisions politiques et économiques ne tient pas suffisamment compte de la diversité des valeurs de la nature ».

Avec ONU Infos

Leave A Reply

Your email address will not be published.