La BID mobilise 54 millions de dollars pour un projet d’assainissement de Conakry

(Guinée Eco)- Le Fonds Lives and Livelihoods, une initiative multilatérale créée par la Banque islamique de développement (BID) et ses partenaires de coopération au développement, vient de mobiliser 54 millions de dollars américains pour financer un projet d’assainissement de la ville de Conakry dans le cadre duquel 56 camions poubelles neufs ont été officiellement remis au gouvernement guinéen ce mercredi 31 mars 2021, au Palais du peuple, en présence du Président Alpha Condé.

Ledit projet vise notamment à améliorer le cadre de vie des populations de Conakry, principalement de Matoto et  de Ratoma, les deux plus grandes communes de la capitale guinéenne, par la création des conditions nécessaires pour le drainage des eaux pluviales, l’assainissement des eaux usées, la collecte, le ramassage, et le traitement effectif des déchets solides. Ledit projet vise également à améliorer de l’environnement de Conakry, à travers notamment la réhabilitation de la décharge de la minière.

« Une fois réalisé le projet permettra de protéger les populations contre les inondations, de réduire les risques sur la santé et la salubrité publique, de sauvegarder les biens des habitants, de sécuriser les infrastructures (voiries) et de protéger les sources d’eaux potables contre une contamination potentielle venant des inondations ou des infiltrations d’eaux usées », souligne un communiqué de presse transmis à Guinee-eco.info .  Le document précise que la BID a également fourni, récemment, un financement supplémentaire de 1 million de dollars pour la réhabilitation de l’atelier d’assainissement existant afin d’assurer la durabilité du projet par l’entretien adéquat de la flotte de camions nouvellement acquise.

Dr Alpha Diallo de la BID

Des partenaires solides

Ce projet d’assainissement de la ville de Conakry est financé par plusieurs organismes. Il s’agit entre autres, du Fonds d’Abu Dhabi pour le développement (ADFD), de la  Fondation Bill et Melinda Gates (FBMG), du Fonds de solidarité islamique pour le développement (FSID), du Centre d’aide humanitaire et de secours du Roi Salman (KSRelief), du Fonds de développement du Qatar (QFFD) et du  UK Aid – Le Foreign, Commonwealth, and Development Office (FCDO).

Il intéresse en premier lieu le ministère du Plan et du développement économique, en tant que département ministériel en charge des projets et programmes d’investissements publics et développant un partenariat stratégique avec le Groupe de la BID ainsi qu’avec d’autres partenaires techniques et financiers. Il  intéresse aussi le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, la tutelle de l’Agence nationale de l’Assainissement et de la Salubrité Publique (ANASP), l’agence d’exécution du projet. L’Unité de Gestion du Projet (UGP -2GUI 1002), qui assure la mise en œuvre de toutes les composantes du projet est également intéressée à plus d’un titre.

Pour un avenir plus sûr et plus sain

S’exprimant à la cérémonie de remise de la flotte de 56 camions le représentant de la BID a magnifié l’excellence des relations entre son institution et la Guinée où sa Banque dispose actuellement d’un portefeuille de 746 millions de dollars US pour 17 projets dans divers domaines d’activités socioéconomiques, notamment l’éducation, la santé et les infrastructures. « L’ambition du Fonds Lives and Livelihoods est de permettre aux pays d’investir dans les services et les infrastructures clés qui permettront de garantir un avenir plus sûr, plus sain et plus prospère à leur population », affirme Dr Alpha Diallo.

Mama Kanny Diallo

Pour Mme Mama Kanny Diallo, ministre du Plan et du développement économique, la présence du chef de l’Etat à cette cérémonie de camions de collecte et de ramassage d’ordures témoigne de l’intérêt qu’il accorde « au bien-être des populations et aux partenariats de qualité qui existent en la République de Guinée et la Banque islamique de développement ». 

 « Outre les 56 camions que nous réceptionnons ce jour, les activités programmées dans le cadre de ce projet avant fin 2022 comprennent les volets ci-après : la fourniture de quatre engins lourds pour la gestion des ordures à la décharge de la minière, la fourniture de 20.000 poubelles de 200 litres, la construction de 56 km de canaux primaires, secondaires et tertiaires à béton armé et la réhabilitation de deux stations de vidange », souligne la ministre du Plan.

Les effets escomptés

Evoquant, les effets escomptés du projet, elle projette que 20.000 foyers au moins bénéficient de ramassage régulier de déchets solides ; que les habitants des communes de Matoto et de Ratoma sont protégés contre les inondations et leurs conséquences, notamment les pertes en vie humaine ; les entreprises de vidange de fosses sceptiques bénéficient de sites de dépotage hygiénique et améliorés et la réduction de maladies hydriques de moitié pour les enfants de moins de 5 ans.

Par ailleurs elle a affirmé que c’est la première fois que les engagements de la BID atteignent un milliard quatre cent millions de dollars us avec un portefeuille actif de 756 millions de dollars en Guinée. « Un tel niveau d’engagement témoigne la confiance de la Banque islamique de développement à notre pays », se réjouit-elle.

Papa Koly Kourouma

Le ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement, Papa Koly Kourouma, au nom des cadres son département a remercié le chef de l’Etat pour l’intérêt qu’il accorde à son secteur. Cela se traduit, selon lui, par la reconduction dans la nomenclature gouvernementale d’un ministère chargé spécifiquement de l’assainissement.

Il a profité de l’occasion pour rappeler certains acquis obtenus grâce à l’implication personnelle du Président Alpha Condé. Il s’agit, entre autres, de l’élaboration d’une stratégie nationale de gestion des déchets solides en 2019, le recrutement de deux opérateurs professionnels, à savoir : Albayrak, qui assure la collecte et transfert des ordures et la société Pécheny chargée de l’exploitation de la décharge ; également la mobilisation des partenaires techniques et financiers en faveur de secteur, principalement la BID, l’Union Européenne et l’Agence française de développement.

L’argent ne manque pas, mais…

Dans son allocution, le Président Alpha Condé a dénoncé les mauvaises habitudes de l’administration publique guinéenne, notamment sa lenteur. « C’est pas l’argent qui manque, mais notre incapacité à faire très rapidement des projets », a-t-il déclaré. Selon lui, non seulement les ministres ne se donnent pas à fond à la tâche, mais ils ne contrôlent pas non plus leurs cadres.

 « C’est pourquoi j’ai dit que désormais, chaque ministre qui donnera un dossier à un cadre, il lui faut lui donner également un délai. Et ce délai doit être respecté. Nous avons beaucoup de financements dans l’eau, nous avons beaucoup de financements dans les routes, mais ces financements sont retardés parce que les ministres ont été incapables de s’entendre pour désigner les membres de la commission chargée de financer les gens déguerpis. Nous allons mettre un frein à tout ça », assure-t-il.

Il indique que « gouverner autrement », c’est obliger les ministres à travailler. Que celui qui ne remplit pas son contrat de performance partira. « Nous voulons que désormais la Guinée puisse se comparer aux pays africains qui ont de meilleures pratiques de gouvernement afin que nos populations bénéficient du rendement, des avantages qu’on nous donne. Non pas que ces avantages aillent dans les poches des fonctionnaires, mais dans les caisses de l’Etat… ».

Bachir Sylla Guinee-eco.info

Leave A Reply

Your email address will not be published.