Claude Kory Kondiano rend compte de sa participation au 10ème sommet de l’APF à Lomé  

(Guineeco.info)- Lors du 10 ème sommet de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) tenu du 16 au 17 mars 2018, à Lomé, capitale du Togo, les parlementaires ont proposé des pistes de solutions pour réduire les départs massifs des migrants africains vers l’Europe. A en croire les présidents des parlements francophones, la migration irrégulière vers l’Europe via le Sahara et la méditerranée a pris une ampleur inquiétante.

Ces dernières années, de nombreux migrants ont péri dans la mer. Outre, ces tueries répétitives, les candidats à cette aventure risquée sont aussi exposés à de pratiques cruelles et humaines. Toute chose qui révolte les présidents des Assemblées Nationales de la francophonie.

Les différentes crises sociopolitiques que traversent  certains pays membres de la Francophonie n’ont pas été occultées. Le projet sur la levée ou non de l’humilité parlementaire a aussi été annoncé pour le prochain sommet. Au retour de ce sommet, honorable Claude Kory KONDIANO président de l’Assemblée nationale de Guinée a accordé une interview à nos confrères de la Radio Parlementaire.

Parmi les solutions préconiser le développement de pays membre s’avère nécessaire. Pour se faire il faut que ces pays s’ouvrent à une coopération gagnant-gagnant. « La migration est un phénomène naturel. Mais qu’il faut éviter celle irrégulière qui a des conséquences néfastes et perverses », estime Claude Kory KONDIANO. Pour lui, la formation, l’investissement et la bonne gouvernance sont indispensables si l’on veut en finir avec l’immigration clandestine. Le président du Parlement guinéen souhaite que son pays copie les meilleures manières pour faire forger l’auto-emploi en Guinée.

 Repenser la politique de formation

« Il faut repenser la politique de formation, prendre pris l’exemple de pays de nord notamment la Suisse, l’Allemagne et, dans une certaine mesure,  la France où les jeunes après leurs études, ne veulent plus continuer dans l’enseignement secondaire. Ils sortent et ils vont dans les entreprises pour se soumettre à l’apprentissage. C’est, très souvent, des gens qui sont très performants, parce qu’ils reçoivent un enseignement lié à la pratique. J’ai proposé que cela soit le cas chez nous. J’ai insisté au niveau supérieur, qu’on forme à un niveau élevé mais en donnant aux étudiants des formations liées à l’emploi», explique l’honorable Kondiano.

Au terme de la rencontre de Lomé, les députés ont jugé utile de mener une  réflexion approfondie sur le projet de création d’un observatoire des procédures de levée ou de maintien de l’immunité parlementaire dans l’espace francophone. Cette question sera  d’ailleurs à l’ordre du jour lors de la prochaine Assemblée régionale de l’APF prévue en mai prochain au Cap Vert.

Mamoudou Boulléré Diallo

Leave A Reply

Your email address will not be published.