Importations de denrées alimentaires : les dépenses mondiales atteindraient 2.000 milliards de dollars en 2022 (FAO)

(Guinée Eco)-L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a annoncé ce vendredi 11 novembre que les dépenses mondiales d’importations alimentaires devraient atteindre près de 2.000 milliards de dollars en 2022, soit un bond de 10% par rapport à l’année dernière. Cette augmentation de la facture serait essentiellement imputable aux pays à revenu élevé, principalement à cause de la hausse des prix mondiaux.

Selon la FAO, les pays à revenu élevé vont continuer à importer toute la gamme des produits alimentaires, tandis que les régions en développement se concentrent de plus en plus sur les aliments de base. L’agence onusienne révèle que la hausse générale de la facture alimentaire, aggravée pour les pays importateurs par la dépréciation de leurs monnaies par rapport au dollar, est directement liée à la guerre en Ukraine – après une première période de hausse imputable à la reprise économique post-Covid.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture se félicite néanmoins de l’approbation par le Fonds monétaire international (FMI) d’un guichet « chocs alimentaires » comme une étape importante pour alléger le fardeau de la flambée des coûts des importations alimentaires dans les pays à faible revenu.

« La facture globale des importations de produits alimentaires pour le groupe des pays à faible revenu devrait rester pratiquement inchangée, même si elle devrait diminuer de 10% en volume », souligne la FAO, qui indique que l’Afrique sub-saharienne devrait dépenser 4,8 milliards de plus pour ses importations alimentaires, malgré une baisse de volumes. Elle prédit que les conséquences de la hausse de la facture des importations alimentaires seront « dramatiques » pour les pays en développement, qui paieront plus pour avoir moins.

« Ce sont là des signes alarmants du point de vue de la sécurité alimentaire, qui indiquent que les importateurs ont du mal à financer la hausse des coûts internationaux, ce qui pourrait annoncer la fin de leur résistance à la hausse des prix internationaux », met en garde le rapport de la Division des marchés et du commerce de la FAO cité dans un article de l’ONU INFO.

Bachir Sylla pour Guinee-eco.info

Leave A Reply

Your email address will not be published.