Hôtellerie : De grands groupes investissent la capitale guinéenne

(Guineeco.info)-Ces dernières années, des hôtels de haut standing sont sortis de terre à Conakry pour donner un nouvel attrait à la capitale guinéenne qui en avait tant besoin pour sortir de l’état de délabrement si marquant de ses infrastructures hôtelières et touristiques.

A Kaloum, le quartier administratif et des affaires, l’ancien hôtel qui porte le nom de cette commune emblématique a cédé la place à une nouvelle infrastructure majestueusement  dressée non loin du palais présidentiel Sékhoutouréya et du siège principal de la Banque centrale de la République de Guinée. L’ex hôtel Niger, a lui aussi cédé la place à une nouvelle bâtisse en chantier, qui contribuera à redorer l’image du quartier qui l’abrite et même du marché Niger situé dans les environs.

Au Sud-est de la presqu’île de Kaloum, l’hôtel Noom, à l’architecture en forme de bateau, a pris place à côté de l’hôpital national Ignace-Deen. Ses promoteurs ont vraisemblablement voulu fasciner les potentiels clients par le côté symbolique de cet hôtel qui plonge ses pieds dans l’océan atlantique. A Dixinn, Palm Camayenne a fait peau neuve et abrite déjà de grands événements culturels à cause de son côté luxueux et la belle vue qu’il offre sur la mer. Un peu plus loin, à Landréah, le Millénium Suites impose respect à ses concurrents.

Dans la commune de Ratoma aussi, la construction de l’hôtel Palma Guinée, à Kipé, avance à grands pas. Outre les hôtels, Conakry voit émerger encore d’autres infrastructures immobilières qui contribuent à améliorer l’image sombre de la capitale. Il s’agit notamment de la cité internationale Plazza Diamant, au centre émetteur de Kipé, des « tours jumelles » de la Résidence Kakimbo en chantier sur les hauteurs du plateau de Koloma.

Toutes ces nouvelles bâtisses font certes la fierté des Conakrycas, mais certains Guinéens reprochent aux autorités actuelles du pays d’être trop portées vers la construction d’hôtels qui ne font pas forcément l’affaire des populations locales ; à part les emplois qui sont créés ici et là pendant les travaux de construction et éventuellement d’exploitation.

Et pour les professionnels du secteur, l’Etat guinéen doit encore faire davantage pour attirer les touristes en Guinée. Ces derniers, on le sait, sont certes friands de luxe, mais s’assurent davantage d’une certaine garantie pour leur sécurité dans le choix de leur destination touristique.

Leave A Reply

Your email address will not be published.