Guinée : Premier Comité de Pilotage du Programme de Coopération entre le Gouvernement et le PNUD (CPD-2018-2022)

(Guinée Eco)-Le premier Comité de Pilotage dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de coopération entre le Gouvernement guinéen et le PNUD (CPD 2018-2022) s’est tenu la semaine dernière (1é Décembre 2019) aux Jardins du 2 Octobre,  sous la présidence de Mme la Ministre de la Coopération Internationale et de l’Intégration africaine, Dr Diéné Keita, en présence du Coordonnateur résident par intérim du Système des Nations Unies, Dr Alfred Georges Ki-Zerbo et du Représentant résident du PNUD, Mr Luc Grégoire et de son adjoint Mr Eloi Kouadio IV.

L’accompagnement du PNUD au Gouvernement de la Guinée dans la mise en œuvre du PNDES se fait à travers le Programme de Développement du Pays (CPD) 2018-2022 dénommé CPD qui vise à contribuer pleinement à l’atteinte des objectifs de Développement Durable (ODD) et à l’Émergence de la Guinée à l’horizon 2040 mais aussi d’aider la Guinée à mettre en place les institutions publiques solides et crédibles et une société civile responsable, tout en contribuant à l’amélioration des conditions d’une croissance équitable et durable inscrit dans le Plan National de Développement Économique et Social (PNDES 2016-2020).

Le CPD 2018-2022 qui a été défini conjointement par le Gouvernement de la Guinée et le PNUD se situe résolument au cœur de ces priorités nationales définies dans le Plan national de Développement Economique et Social.

Le Comité de pilotage qui a démarré par la présentation des axes du CPD en lien avec les piliers du PNDES par le Représentant Résident Adjoint du PNUD, Mr Eloi Kouadio IV a constitué une occasion de passer en revue les résultats attendus, en mettant l’accent non seulement sur les réponses apportées aux défis de développement du pays, mais aussi et surtout sur les insuffisances, les contraintes et les difficultés rencontrées en vue de proposer des solutions adéquates.

Les différentes présentations ont permis aux partenaires d’avoir une bonne idée des grandes lignes des résultats obtenus à mi-parcours de la mise en œuvre du CPD 2018-2022 : Parmi ces résultats

  • La Disponibilité des lois, politiques et stratégies qui orientent le développement et le cadre de vie en Guinée.
  • L’Amélioration du cadre légal et réglementaire, en le mettant en cohérence les exigences des ODD ainsi que les traités et conventions signés et ratifiés par la République
  • La Mise à jour du Cadrage macroéconomique qui a servi de référence dans le cadre de la préparation du projet de loi des finances et des discussions avec les Institutions de Breton Woods.
  • L’Elaboration et la validation des plans régionaux d’investissement prioritaires, base pour des investissements pouvant impulser le développement économique local et lutter contre la migration irrégulière.
  • La formalisation de 64 coopératives minières artisanales dans 8 Préfectures pilotes (Coyah, Boffa, Koundara, Labé, Kankan, Faranah, Kissidougou et N’Zérékoré) totalisant 4 437 membres (2 355 hommes et 2 082 femmes)
  • L’Installation de 5 unités de transformation des produits agricole contribuant à l’amélioration des revenus de 500 femmes dans la zone de Coyah et Forécariah

Eu égards à ces quelques résultats, le Représentant résident du PNUD a donné les grandes orientations du partenariat, déjà exemplaire entre le Gouvernement et le PNUD :  Je voudrais partager avec vous un message clé aujourd’hui : nous devons ensemble maintenir l’ambition de ce Programme qui est aussi de contribuer à renforcer l’intégration de la Guinée dans l’innovation et le développement des technologies de l’information et de la communication dans tous les secteurs de l’économie guinéenne. Pour y parvenir, des innovations majeures sont prévues l’année prochaine à travers notamment (i) la prise en compte des opportunités liées à l’utilisation des aéronefs télépilotés à usage civil, le développement de l’économie bleue, le renforcement de la sécurité civile et l’institutionnalisation du Genre qui devient de plus en plus une réalité en Guinée.

Les débats ont tourné autour de plusieurs points, parmi lesquels :

–           L’Élargissement du renforcement de capacités à tous les BSD ;

–           L’Implication des Ministère de l’élevage dans les projets exécutés au niveau des régions administratives (projet Élevage des petits ruminants par exemple) ;

–           Bio digesteurs ;

–           L’Appui du PNUD à l’endroit de tous les autres ministères ;

–           La Présentation des résultats obtenus par rapport aux cibles des Indicateurs ;

–           L’Evaluation d’impact des projets au niveau des départements ministériels.

–           La mise à disposition de la Contrepartie nationale (Budget) dans les projets et programmes.

Ainsi, plusieurs recommandations ont été formulées parmi celles-ci :

•          Partager les documents de présentation quelques jours avant la réunion du comité de pilotage ;

•          Continuer de renforcer les capacités des BSD et suivre le changement apporté ;

•          Renforcer le suivi, l’analyse et la pérennisation de la conjoncture économique et financière ;

Pérenniser les efforts des partenaires particulièrement dans le cadre de la réforme institutionnelle ;

•          Prendre en compte les dispositions souscrites dans le plan de gestion environnementale qui est intégré dans le PNDES

Mme la Ministre de la Coopération internationale et de l’intégration africaine, Dr Diéné Keita, très satisfaite de ces résultats, a salué le dynamisme, la sincérité et le sérieux du partenariat avec le PNUD qui s’engage à mettre un accent particulier sur le genre dans ses interventions futures dans les différents départements sectoriels.

Par Mamadou Saliou Diallo

Service Communication PNUD

Leave A Reply

Your email address will not be published.