Guinée-Mali : la BEI finance un important projet d’interconnexion électrique

(Guinée Eco)-La Banque européenne d’investissement vient de s’engager à financer un important projet d’interconnexion électrique de 225 kV entre la Guinée et le Mali pour un montant de 300 millions d’euros auquel l’Union européenne ajoutera une subvention de 30 millions d’euros pour porter le financement à 330 d’euros. Cet engagement a été matérialisé par le signature ce vendredi 23 avril 2021, à Conakry, de l’accord de financement entre les autorités guinéennes et des représentants de la BEI et de la délégation de l’UE en Guinée.

Le communiqué de presse conjoint publié pour l’occasion souligne que  nouveau soutien européen en faveur du projet d’interconnexion entre les centrales hydroélectriques de la Guinée et du Mali dans le cadre du Système d’échanges d’énergie électrique ouest-africain permettra à des millions de personnes, en Afrique de l’Ouest, d’avoir accès à une énergie propre et abordable.

« Une fois achevée en Guinée, la nouvelle ligne d’interconnexion électrique de 225 ‘kV offrira une solution de substitution aux générateurs coûteux et peu fiables du réseau électrique et fournira de l’électricité verte aux villages des environs et à l’ensemble de la région », ajoute le communiqué.

Le document précise que le dernier concours que la BEI a accordé en faveur de l’énergie durable en Afrique est un nouveau prêt de 170 millions d’EUR, d’une durée de 25 ans, pour la ligne de transport d’électricité de 225 kV Linsan-Fomi, soit le montant le plus élevé jamais accordé par la BEI pour le financement d’un investissement en Guinée ; il s’inscrit dans le cadre du soutien de 300 millions d’euros au total pour le projet d’interconnexion Guinée-Mali (PIEGM). Une subvention de 30 millions d’euros, accordée par l’Union européenne au titre du plan d’investissement extérieur, vient également s’y ajouter.

Selon le communiqué, l’importance de ces nouveaux investissements visant à améliorer l’accès à une énergie propre a été soulignée lors de la cérémonie de signature virtuelle tenue dans le respect des normes relatives au COVID-19, à laquelle ont participé M. Mamadi Camara et Mme BountourabyYattara, respectivement ministre de l’économie et des finances et ministre de l’énergie de la République de Guinée, M. Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement, et M. Josep Coll, ambassadeur de l’Union européenne en Guinée.

S’exprimant à cette occasion, M. Mamadi Camara, ministre guinéen de l’économie et des finances de la République de Guinée, a salué et remercié, au nom du président de la République, le Professeur Alpha CONDÉ,et de l’ensemble de la population guinéenne, la Banque européenne d’investissement et l’Union européenne pour le financement de cet important projet qui permettra de fournir de l’énergie renouvelable aux communautés urbaines et rurales éloignées, ainsi que dans onze pays raccordés au Système d’échanges d’énergie électrique ouest-africain, dont le Mali voisin. Il a indiqué que la planification et la mise en œuvre de la liaison électrique Linsan-Fomi de 225 kV bénéficient des compétences techniques, financières, environnementales et sociales uniques de la BEI.

Le ministre Camara a enfin précisé que dès 2010, la Guinée s’est engagée dans un ambitieux programme de grands travaux d’infrastructures dans le domaine des énergies renouvelables afin d’améliorer son bouquet énergétique. La construction des barrages hydroélectriques de Kaléta (240 MW), mis en service en 2015, et de Souapiti (450 MW), en cours d’achèvement, s’inscrit dans le cadre de ce programme. L’objectif étant d’améliorer l’accès à l’énergie des ménages, en portant le taux d’électrification à plus de 80 % à l’horizon 2025.

De son côté, ,Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement, est revenu sur les motifs de financement de ce projet par son institution à hauteur de 300 millions d’EUR, dont un nouveau prêt de 170 millions d’EUR pour la ligne de transport électrique de 225 kV Linsan-Fomi. Il s’agit, selon lui, du montant le plus élevé jamais accordé par la BEI pour un investissement en Guinée et qui permettra de réaliser la liaison manquante entre les réseaux électriques nationaux et sous régionaux.

 Il a également rappelé que la valorisation des énergies renouvelables est essentielle au développement économique et social et que la nouvelle ligne électrique fournira une électricité abordable et fiable à des millions de personnes en Guinée, au Mali et dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest. Il a clôturé son allocution en indiquant que c’est grâce à la coopération étroite entre la Guinée, le Mali, la Banque africaine de développement, la Banque mondiale, la Banque ouest-africaine de développement, la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO, le Système d’échanges d’énergie électrique ouest africain (EEEOA)et l’Équipe Europe et, au fait qu’ils poursuivent des objectifs communs en matière d’énergie propre, que ce projet avait pu voir le jour.

MonsieurJosep Coll, ambassadeur de l’Union européenne en Guinée, a réitéré l’engagement de l’Équipe Europe à travailler avec ses partenaires africains pour appuyer l’action climatique et améliorer l’accès à une énergie fiable et abordable. Il a ajouté que l’appui européen à l’interconnexion Guinée-Mali suit une approche innovatrice qui combine un financement concessionnel à long terme de la BEI et des subventions de la Commission européenne au titre du plan d’investissement extérieur. M. Coll a conclu que ce projet d’importance capitale pour la Guinée et l’Afrique de l’Ouest va changer la vie des millions de personnes dans la sous région et apporter une contribution importante à la transition mondiale vers l’énergie verte.

340 km pour approvisionner l’Afrique de l’Ouest en électricité verte

La nouvelle ligne de transport électrique d’une longueur de 340 km traversera la Guinée d’ouest en est, entre les postes électriques de Linsan (région de Mamou) et de Fomi (région de Kankan). Elle reliera les centrales hydroélectriques de Kaléta et Souapiti, d’une puissance totale de 690 MW, ainsi que d’autres installations, au Système d’échanges d’énergie électrique ouest-africain. Elle comprendra les liaisons de transport à longue distance également financées par la BEI vers le Mali, le Sénégal et la Gambie à l’ouest et au nord et, la Côte d’Ivoire, le Liberia et la Sierra Leone, à l’est et au sud.

« Concrètement, la nouvelle connexion reliera deux réseaux régionaux actuellement distincts, l’OMVG et l’interconnexion de 225 kV Guinée-Mali, offrant une solution de substitution fiable et plus respectueuse de l’environnementaux générateurs et aux centrales électriques utilisant du fioul importé, coûteux.  Le projet concernant la ligne de transport de 225 kV Linsan-Fomi prévoit la construction de nouvelles installations locales de distribution d’électricité destinées à approvisionner les villages ruraux proches de la nouvelle ligne et des infrastructures de transport en les raccordant aux installations de production existantes du pays », peut-on lire dans le communiqué conjoint du gouvernement guinéen, de la BEI et de la délégation de l’Union européenne en Guinée.

Des partenariats solides en faveur du développement durable

Le financement global de la BEI et la subvention de l’Union européenne, accordés pour l’interconnexion électrique entre la Guinée et Mali viendront compléter les financements fournis par ces deux pays, ainsi que par la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, la Banque ouest-africaine de développement et la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO. La nouvelle ligne de transport électrique Linsan-Fomi traverse des forêts sensibles d’un point de vue environnemental.

« Des femmes issues des communautés locales seront recrutées pour reboiser plus de 3 100 hectares de forêt dense et de savane boisée et remplacer les forêts supprimées dans les 40 mètres de couloir tout au long des 340 km de la ligne, dans le but de protéger les primates contre les risques d’électrocution. La faune aviaire locale sera également gérée grâce à une surveillance ornithologique, dans le respect des mesures internationales relatives à la protection des oiseaux », rapporte le comuniqué.

A noter qu’au cours des dix dernières années, la Banque européenne d’investissement a alloué plus de 5,3 milliards d’EUR aux investissements dans le secteur de l’énergie en Afrique, notamment pour la production d’électricité propre, la distribution d’énergie et les énergies renouvelables hors réseau.

En 2020, elle aurait accordé 4,7 milliards d’EUR pour de nouveaux investissements dans l’ensemble de l’Afrique, dont 71 % dans des régions fragiles et vulnérables.

Bachir Sylla pour Guinee-eco.info

Leave A Reply

Your email address will not be published.