Guinée : le Gouvernement adopte le projet de décret fixant les statuts de l’Agence guinéenne de coopération technique en Conseil des ministres

(Guinée Eco)-Le projet de Décret fixant les Statuts de l’Agence Guinéenne de Coopération Technique, un nouvel établissement public à caractère administratif (EPA), anciennement simple service rattaché au Ministère de la Coopération nationale, a été adopté par le gouvernement guinéen à l’issue du conseil des ministres du jeudi 11 juin 2020.  

En présent le projet de décret, la ministre de la Coopération internationale a indiqué que l’érection de l’AGCT en EPA  permettra, entre autres, d’initier et de promouvoir avec les partenaires, des projets et programmes de coopération technique, Sud-sud et triangulaire en faveur de la Guinée ; de mettre en place une base de données de l’assistance technique étrangère en Guinée ; de disposer d’un mécanisme efficace pour la valorisation de l’expertise guinéenne tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays et de faciliter l’accès aux financements innovants en faveur des projets et programmes de développement du pays.

Selon le compte rendu du conseil des ministres, Mme Djéné Keïta a expliqué à ses collègues que les agences de coopération technique sont devenues de nos jours de véritables voies d’accès à de nouveaux mécanismes de financement et de partenariat comme. Elle a cité notamment le Fonds Perez-Guerrero de Coopération Sud-sud; le Fonds de Solidarité Islamique; le Fonds Argentin de Coopération Sud-sud et Triangulaire; le Fonds Chinois d’Appui à la Coopération Sud-sud. Elle a appuyé que les agences de coopération technique facilitent en outre le transfert de technologies vers les pays en développement, le partage de compétences et de ressources nécessaires pour atteindre les objectifs de développement durable.

« Madame la Ministre a justifié que la République de Guinée, pour sa part, s’est engagée très tôt dans cette voie, dès les années 80, par l’envoi d’environ sept cents coopérants guinéens dans plusieurs pays dont le Benin, le Togo, le Gabon, la Guinée-Bissau, la Mauritanie, les Seychelles, le Mozambique, les Comores, l’Arabie Saoudite, pour ne citer que ceux-là», souligne-t-on dans le compte rendu du Conseil des ministres.

« La Ministre a souligné que de nos jours, dans le cadre de la coopération bilatérale, des pays continuent à solliciter des coopérants guinéens lors des commissions mixtes de coopération, sans compter que la Guinée, elle-même, reste largement sous représentée au sein des organisations sous-régionale, régionales et du Système des Nations Unies », ajoute-t-on.

Pour toutes ces raisons, Madame la Ministre a soulevé la nécessité pour la Guinée de disposer d’une agence de coopération technique performante, bien structurée et soutenue, capable à la fois de concevoir et de participer activement à la mise en œuvre des projets et programmes de coopération technique, de faire la promotion de l’expertise nationale et d’assurer de façon efficace le suivi de l’expertise étrangère que reçoit le pays.

Focus de Guinee-eco.info

Leave A Reply

Your email address will not be published.