Elections : ces recommandations qui pourraient changer la donne à la CENI guinéenne

(Guinéeco.info)-Dans le but d’améliorer les capacités opérationnelles de la CENI,  l’organe en charge de gestion des élections en Guinée, le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation(MATD), en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (0IF), a organisé la semaine dernière un atelier de trois jours axé sur l’imprégnation et le croisement d’expériences en matière de gestion des élections en Afrique.

La rencontre a réuni une soixantaine de personnes venues de l’administration publique, des partis politiques, des organisations de la société civile, des médias et des institutions internationales accompagnant le processus électoral guinéen. Elle a permis de passer en revu un certain nombre d’expériences développés par des pays africains comme le Ghana, le Cameroun et le Sénégal, en matière de gestion de processus électoraux.

Au terme des travaux, les participants ont recommandé notamment de revoir les modalités de désignation et fixer les critères de compétences  des membres de l’organe de gestion des élections en Guinée, de garantir leur indépendance de manière à les mettre à l’abri du besoin et des pressions extérieures, de rendre totalement à l’Organe de Gestion des Elections son autonomie budgétaire et de le soumettre à l’obligation des rééditions  des comptes.

 Ils ont également demandé de mettre à disposition une expertise de nos partenaires au développement sur l’élaboration de la nouvelle loi sur la CENI et de favoriser l’émergence des cadres de concertations et de réflexion en appui à la réforme du système électoral envisagé.

Mohamed Salia Sokona, le représentant de l’OIF à cet  atelier dit avoir été frappé par la grande richesse et la variété des interventions des participants dont certains sont, selon lui, des observateurs aguerris  et d’autres des praticiens hors pairs en matière de gestion des élections.

Les différentes communications et les détails qui se sont succédé durant ces trois jours, affirme-t-il, ont répondu plus ou moins aux objectifs que s’étaient fixés  les organisateurs. L’atelier visait en effet de « mettre à la disposition des acteurs guinéens une sorte  de boîte à outils   suffisamment  garnie et capable de faciliter en temps opportuns la mise en œuvre d’un éventuel projet de réforme du système d’organisation des élections ».

Le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation,  Général Bouréma Condé, a remercié tous ceux qui ont fait le déplacement pour répondre à l’invitation du gouvernement  pour  parler de  l’avenir de la Guinée. Il a par ailleurs félicité et remercié M. Tibou Kamara, le ministre d’Etat, conseiller spécial du président de la République, pour son rôle déterminant dans le dénouement de la crise politique dans le pays.

Tafsir Bah

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.