Déclaration de Stand For Life and Liberty (S2L) sur le coup d’Etat en Guinée

L’ONG internationale et panafricaine Stand For Life and Liberty (S2L) observe avec  intérêt ce qui se passe en Guinée où l’armée a évincé,  le dimanche 5 septembre 2021, le président Alpha Condé réélu en octobre 2020 pour un troisième mandat contesté à la tête de ce pays francophone d’Afrique de l’Ouest indépendant depuis 1958.

Fidèle à sa vocation, en tant qu’organisation non gouvernementale de promotion de droits humains, d’éducation et de développement, Stand For Life and Liberty a pris bonnes notes des premières déclarations et des actions menées par le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya et le Comité national du Rassemblement et du développement(CNRD) déjà  adoubés par les Guinéens de tous les bords.

La Coordination nationale de S2L-Guinée salue notamment la libération des prisonniers politiques du pays, la décision de rouvrir les frontières de la Guinée d’avec ses pays voisins, l’ouverture des concertations nationales entre la junte militaire et les différentes sensibilités socioéconomiques et politiques du pays pour rechercher les voies et moyens d’une transition consensuelle et apaisée.

Stand For Life and Liberty encourage le colonel Doumbouya et son équipe à continuer leur œuvre salvatrice de récupération et de  protection des biens publics et à faire de la justice leur boussole, comme ils l’ont promis.

S2L félicite les nouvelles autorités guinéennes pour la mise en place d’un numéro permettant aux citoyens de signaler d’éventuels abus des forces de défense et de sécurité. Elle plaide pour que cette initiative soit étendue  à la lutte contre la corruption et les pratiques assimilées.

Stand For Life and Liberty-Guinée recommande au CNRD d’être vigilant et de ne pas trahir l’immense espoir placé en lui pour une refondation de l’Etat guinéen. Pour ce faire, il doit extirper de ses rangs les brebis galeuses et les opportunistes qui écument son quartier général.

S2L comprend les condamnations de principe auxquelles se livrent actuellement la plupart des organisations internationales comme la CEDEAO qui a déjà suspendu la Guinée de toutes ses instances au lendemain du putsch du 5 septembre 2021. Mais l’ONG les invite à assouplir ces sanctions  pour permettre au pays de souffler et d’envisager son avenir sous des meilleurs auspices.

Fait à Conakry, le 14 septembre 2021          

Le Coordonateur international

P/O Le Coordonnateur national

Bachir Sylla

Leave A Reply

Your email address will not be published.