Contre l’apologie du crime et la xénophobie : l’ONG Stand for Life and Liberty reçoit le soutien des autorités ivoiriennes

(Guinée Eco)-Dans le souci d’échanger sur les actions judiciaires entreprises contre l’activiste Don Giovanni, une délégation de l’ONG Stand for Life and Liberty (S2L) a été reçue, le 09 septembre 2020, par l’Ambassadeur Inza Camara, Délégué Général de la Côte d’Ivoire pour les Etats-Unis, le Canada et le Mexique. La rencontre a eu lieu à New York. Ce fut l’occasion pour l’ONG d’exposer les démarches judiciaires entreprises à l’encontre de l’activiste Don Giovanni, avec le soutien des associations Burkinabé et des organisations communautaires des pays de la CEDEAO et de la Centrafrique.

«Cette rencontre a pour objet de vous témoigner notre soutien à l’initiative que vous avez entreprise à l’encontre de Don Giovanni afin que justice soit rendue pour les actes qu’il a commis. Nous avons reçu des instructions de la part des plus hautes autorités ivoiriennes, afin de nous impliquer dans la recherche de la justice pour ce qui concerne cette affaire.» C’est en substance le mot de l’Ambassadeur, Délégué Général de la Côte d’Ivoire, chargé des Etats-Unis, du Canada et du Mexique, Inza Camara à la délégation de l’ONG panafricaine et internationale Stand for Life and Liberty (S2L).

Conduite par son Coordonnateur international, Daouda Emile Ouedraogo, la délégation de l’ONG a été reçue par l’Ambassadeur Inza Camara, entouré de ses plus proches collaborateurs. L’ambassadeur a expliqué à la délégation, l’implication active et complète des plus hautes autorités ivoiriennes «afin que l’individu soit traduit en justice et réponde des faits à lui reprochés». Le Délégué Général, l’ambassadeur Inza Camara a félicité l’ONG pour les actions déjà entreprises auprès des autorités judiciaires américaines. Ces actions, selon le Coordonnateur international de l’ONG sont les plaintes formulées auprès de l’Etat fédéral à travers le Bureau fédéral des Investigations (FBI), des procureurs de Newark, du Procureur Général de New York et de celui de la cité d’Albany.

Une action communautaire

Selon le Coordonnateur international de S2L, Daouda Emile OUEDRAOGO, Cette action judiciaire est soutenue par une vingtaine d’associations communautaires de Burkinabé et d’organisations de la société civile de la sous-région ouest africaine et centrafricaine. Ce soutien est manifeste à travers une pétition signée par ces organisations. Les actions entamées contre le sieur Don Giovanni, à l’état civil Gilles Tahiro ne se résument pas seulement à celles judiciaires, selon le Coordonnateur international Daouda Emile OUEDRAOGO. Car, d’autres actions sont en cours devant le Conseil des Droits de l’homme de l’ONU et devant l’ONG Amnesty International avec à l’appui une pétition qui a reçu plus de 1000 signatures, une semaine après son lancement. Les deux parties ont convenu d’un partage d’informations et de ressources dans ce combat pour la justice et la promotion des droits humains.  Ce fut l’occasion pour l’Ambassadeur, Délégué Général, Inza Camara de lancer un appel à toute la jeunesse africaine afin qu’elle prône la paix et la tolérance, non seulement par leur comportement, mais aussi et surtout, sur les réseaux sociaux. En rappel, l’activiste Don Giovanni avait, dans des vidéos postées sur les réseaux sociaux, appelés au «massacre» des ressortissants de la CEDEAO en général et des mossis en particulier, ainsi que des Dioulas vivants en Côte d’Ivoire.  

Alain Somkiéta

Correspondance particulière

Leave A Reply

Your email address will not be published.