Communales : Kalémodou Yansané de l’UFDG dévoile son programme pour Matoto

0

(Guinéeco.info)-L’honorable Kalémodou Yansané, député à l’assemblée nationale est candidat à la mairie de Matoto, la plus grande du pays, sous la bannière de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée(UFDG), le principal parti politique de l’opposition guinéenne. Dans un entretien exclusif qu’il a accordé le 29 janvier 2018 à Guinéeco.info, votre journal économique en ligne, cet ingénieur de routes a bien voulu nous parler de son projet de société.

 Kalémodou Yansané, qui a jeté son dévolu sur la circonscription de Matoto pour les communales de 04 février 2018 est un diplômé en ingénierie des routes de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Après ses études supérieures, il a occupé plusieurs postes de responsabilité dans l’administration publique guinéenne avant de s’engager en politique. L’actuel député, membre de l’alliance des « libéraux-démocrates » à l’Assemblée Nationale nourrit des ambitions pour la plus grande commune de Conakry et même du pays. C’est en effet la seule circonscription à avoir quelque 666,640 électeurs, un peu plus que Ratoma, qui en compte 652783 électeurs.

 « Vous savez, depuis dix ans les populations guinéennes, particulièrement celles de la Commune de Matoto, ont été privées de leur droit de choisir librement leurs dirigeants »,  rappelle la tête de liste de l’UFDG à Matoto. Selon lui, presque tous les chefs de quartiers et dirigeants au niveau des communes sont nommés par le pouvoir en place ; ce qui est totalement contraire à la loi.

Il estime que ces personnes qui sont choisies obéissent au gouvernement, alors que toutes les règles prévoient qu’après 5 ans que les élections libres et transparentes soient organisées au niveau des localités pour que les populations choisissent librement des personnes capables de faire face aux problèmes qui les assaillent quotidiennement.

Un candidat, un programme

Quand l’organisation des élections communales de 2018 a été rendue possible, l’honorable Yansané, qui réside à Matoto dit avoir proposé sa candidature à l’UFDG et à son président Cellou Dalein Diallo, qui l’ont acceptée volontiers. Depuis, il a concocté un programme qui s’articule autour de cinq axes.

Le premier axe, dit-il, concerne le cadre de vie, l’environnement et la propreté de la commune de Matoto. « Il faut, dès maintenant, faire face au nettoyage, au curage des fossés et à l’enlèvement de toutes les ordures au niveau des marchés », explique-t-il. Selon lui, cette action peut être menée en cinq jours ou sept, tout au plus.

Le deuxième axe, c’est la jeunesse, l’éducation, la formation et l’emploi. « Vous savez bien qu’aujourd’hui nos jeunes arrivés en 12ème n’ont pas la possibilité d’accéder à l’université parce qu’ils sont mal formés, parce que les enseignants ne sont pas de qualité, parce que les effectifs dans les écoles sont pléthoriques ; vous pouvez trouver des classes de 150 personnes, de 75 personnes alors que les normes prévoient de 20 à 35 personnes maximum » dénonce-t-il

Le troisième axe de son programme concerne la sécurité. « Pour la sécurité des quartiers, il faut une police de proximité de sorte que dès qu’il y a  un problème dans un endroit, la police communale, équipée de gourdins et de sifflets, puisse intervenir. Et si elle ne peut pas faire face aux grands bandits, que cette police communale puisse alerter rapidement une police équipée d’armes conventionnelles.

Les femmes et leur autonomisation constituent le 4e axe du programme de l’honorable Yansané. « Si vous allez au marché de Matoto aujourd’hui à 5 heures le matin vous verrez ces bonnes femmes, les bébés au dos, chargées de sac de pommes de terre, de tomate, d’igname, de piment. Il faut simplement organiser ces bonnes femmes en coopérative, leur octroyer de petits crédits pour qu’elles puissent se prendre en charge et qu’elles soient plus ou moins autonomes », nous a-t-il confié.

Le cinquième axe qui est aussi important, c’est la santé. Il faut, selon lui, prendre des dispositions pour que les centres de santé que nous avons soient à tous les niveaux accessibles aux populations. Il faut que les centres de santé soient équipés et dotés de médicaments essentiels  et qu’il y ait également  des agents de santé accueillants, qui connaissent leur métier.

Moyens de financement

Pour le financement des actions inscrites à son programme, le candidat Yansané entend s’appuyer sur les moyens que la loi lui confère. Il rappelle que les communes ont 32 compétences, parmi lesquelles  il y a la perception de plus d’une quarantaine d’impôts.

 « L’impôt le plus banal, c’est l’impôt qu’on perçoit au niveau des pauvres marchands. Même les commerçants ambulants, même ceux qui vendent de l’eau glacée payent tous les jours l’impôt », souligne-t-il avant d’indiquer que si ces impôts sont correctement collectés et utilisés, cela suffirait largement pour assainir les marchés de la commune.

 «Les moyens que nous allons mettre en branle pour faire face à nos dépenses, sont non seulement les recettes des marchés, mais aussi les taxes que les industries installées dans notre commune payent. On a près de 100 000 familles dans Matoto pour une population de près de 700 000 habitants. Il y a des bâtiments à étage, qui abritent aussi des banques, des sociétés de télécoms et beaucoup de choses. Chacune de ces industries, chacune de ces sociétés là payent de l’impôt . Ainsi, même si la commune n’a que 40% de ces ressources là ça suffit largement pour faire face au besoin primaire des populations, avec une gouvernance moderne, débarrassée de toute corruption, de tout vol », conclut-il.

Tafsir Bah

Leave A Reply

Your email address will not be published.