Sommet de l’UA: le premier rapport continental sur la mise en œuvre de l’Agenda 2063 dévoilé à Addis-Abeba

(Guinée Eco)-La Banque africaine de développement, les Nations Unies et l’Union africaine ont reconnu samedi les progrès importants réalisés dans la mise en œuvre de l’Agenda 2063 et ont exhorté les pays africains à aller plus loin pour accélérer la transformation économique. L’appel a été lancé samedi lors du lancement du premier rapport sur la mise en œuvre de l’Agenda 2063 avant le 33e sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba. Le rapport fournit une évaluation des progrès et des performances du développement de l’Afrique entre 2013 et 2019.

Dévoilant le rapport de mise en œuvre, le président ivoirien Alassane Ouattara a noté que si des progrès remarquables avaient été accomplis, le continent avait encore un long chemin à parcourir pour atteindre ses objectifs de développement. «En cinq ans, nous avons parcouru un long chemin dans la mise en œuvre de l’Agenda 2063. Pour aller plus loin, l’Agenda 2063 doit être la responsabilité de tous les États membres de l’UA», a déclaré Ouattara, également champion de l’Agenda 2063.

En janvier 2013, l’Union africaine a adopté l’Agenda 2063: l’Afrique que nous voulons comme modèle de développement durable et de croissance économique. Le premier plan décennal de mise en œuvre de l’Agenda 2063, qui s’étend de 2014 à 2023, décrit un ensemble d’objectifs, de domaines prioritaires et de cibles que le continent vise à atteindre aux niveaux national, régional et continental, note le rapport.

Faisant référence au rôle essentiel de la Banque africaine de développement pour stimuler le développement à travers le continent, Ouattara a déclaré: «La Banque est entre de bonnes mains sous le président Adesina. Il exécute le mandat que nous lui avons confié avec brio et vigueur – très exemplaire. »

Le président éthiopien Sahle-Work Zewde a noté qu’une plus grande cohésion et un travail acharné sont nécessaires pour réaliser «l’Afrique de nos rêves».

« Le gouvernement éthiopien travaille avec la Banque africaine de développement et d’autres partenaires au développement dans la mise en œuvre de l’Agenda 2063, comme le prévoient les plans de développement du pays », a-t-elle ajouté.

Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a exhorté les dirigeants africains à accélérer l’Agenda 2063: «Nous devons nous assurer, dans tout ce que nous faisons, que nous accélérons la mise en œuvre.»

Le président de la Banque a également appelé les chefs d’État à faire pression pour que les fonds de pension et les fonds souverains du continent contribuent à la prospérité intérieure.

«Les fonds souverains d’Afrique sont investis ailleurs. Nous devons prendre une décision selon laquelle les fonds souverains, les fonds de pension doivent être investis en Afrique, pas ailleurs », a déclaré Adesina. «L’Afrique doit également faire plus pour arrêter les flux illicites de capitaux.»

Nkosazana Dlamini-Zuma, ancien président de l’UA et ministre sud-africain de la gouvernance coopérative et des affaires traditionnelles, a appelé à l’implication de la diaspora dans le développement économique.

«Ils ont les compétences. Certains d’entre eux peuvent même avoir les ressources pour investir sur notre continent et encore plus de passion que nous. En travaillant avec l’UA et la Banque africaine de développement, nous devons galvaniser la diaspora », a-t-elle déclaré.

«Nous pouvons apprendre de ce que fait le Ghana avec son initiative Year of Return récemment lancée. C’est la beauté de l’Agenda 2063. Nous devons apprendre les uns des autres. »

Sur la base des conclusions du rapport, Dlamini-Zuma a identifié les 5 priorités stratégiques de la Banque comme un reflet fort des résultats sur le terrain.

Dans un message lu en son nom lors de l’événement, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déclaré: «Faisons-le ensemble. Ensemble, nous atteindrons les objectifs de développement durable et l’Agenda 2063 pour tous nos citoyens. »

Le président du Botswana Mokgweetsi Masisi a également assisté à l’événement, qui a observé que la réalisation de l’Agenda 2063 exigeait clairement une appropriation aux niveaux national et régional. «L’alignement de l’agenda sur la planification des pays, en mettant l’accent sur les liens et l’impact, garantira de meilleurs résultats.»

Contact: 

Emeka Anuforo, Département de la communication et des relations extérieures, Banque africaine de développement

Leave A Reply

Your email address will not be published.